Diagnostique de l’Eczéma

Dans la plupart des cas, il n’existe pas de tests spécifiques pour détecter (diagnostiquer) l’eczéma. Habituellement, c’est le dermatologue qui, en analysant le type de lésions cutanées et en tenant compte de l’état de santé général de la personne et de la présence éventuelle de parents atteints d’eczéma ou d’allergies, confirme le diagnostic. Selon les causes possibles de l’eczéma, en fait, nécessitera des tests spécifiques.

Pour la dermatite de contact allergique, le test épicutané est actuellement le test de sensibilité à certaines substances le plus couramment utilisé. Le test est effectué en ambulatoire, en appliquant sur la peau, généralement le dos, des patchs dans lesquels les substances à évaluer sont présentes. Le timbre est retiré 48-72 heures après l’application.

L’évaluation du test par le médecin est importante pour pouvoir identifier la substance responsable des troubles (allergène) et distinguer entre une réaction irritante et une allergie réelle. Le résultat des tests cutanés dépend du nombre et du type de substances à tester et de l’analyse de la réaction cutanée.
Il faut également tenir compte du fait que l’organisme est exposé à un nombre croissant d’allergènes et que, souvent, pour provoquer la réaction, il ne s’agit pas d’une seule substance mais d’un ensemble. En tout état de cause, le test épicutané ne peut que fournir des informations sur l’état de sensibilisation présent au moment de son exécution, mais il ne peut exclure que d’autres surviennent ultérieurement.

Pour l’eczéma atopique, des tests cutanés et sanguins peuvent être effectués pour détecter les anticorps, les IgE, spécifiques de la substance responsable. Toutefois, l’utilité du test est actuellement à l’étude, notamment en ce qui concerne les aliments.

D’autres méthodes consistent en des régimes sans l’aliment suspecté et en des tests dits de provocation contrôlée, qui consistent en l’administration de l’aliment considéré comme responsable de l’eczéma. L’évaluation d’autres marqueurs sanguins (récepteurs et interleukines impliqués dans l’activation des lymphocytes T et éosinophiles) a également été proposée pour déterminer le degré d’activité et la gravité de la maladie.